Cette interview n’existerait pas sans le soutien sur Tipeee de Stéphane, Suzanne, Pierre, Julien et Isaïe et sans vos dons Flattr et Gratipay.
Un grand merci à tous mes généreux mécènes.


Équivalent français et même européen de l’Américain Patreon, la plateforme Tipeee n’a pas encore un an et regroupe déjà des centaines de créateurs de contenu, pour la plupart des YouTubeurs. Hormis Votre Journaliste, rares sont en effet ceux qui ont tenté l’aventure Tipeee sans faire de vidéo.

Mais qu’est-ce que Tipeee ? Pour faire simple, il s’agit d’une plateforme permettant aux internautes d’investir sur un créateur de contenu. Il est ainsi possible d’être un mécène à partir d’un euro, soit par mois, soit par contenu, soit en ne donnant qu’une seule et unique fois, ceci en échange (ou non) de contreparties diverses et variées. L’objectif pour la plupart des créateurs est d’être moins dépendant de la publicité, voire d’en être totalement indépendant. Dans certains cas, cela peut même permettre à un vidéaste de devenir professionnel et de vivre de sa passion, ceci même en ayant une audience mesurée et non à même de le nourrir via la publicité. Usul en est un parfait exemple, avec près de 700 tipeurs et plus de 4000 euros récoltés pour sa prochaine vidéo.

D’autres plateformes permettent aussi aux internautes de donner des coups de pouce financiers à ceux qu’ils apprécient. L’une des plus anciennes est Flattr (dont Votre Journaliste est aussi utilisateur), qui a l’avantage de fonctionner tout aussi bien pour un blog qu’une vidéo YouTube et Vimeo, une musique hébergée sur Soundclound ou même une photo disponible sur Instagram, Flickr et 500px.

Mais revenons à Tipeee. Créée par My Major Company (MMC), l’une des premières plateformes de financement participatif en France (avec feu Spidart), Tipeee fait partie de sa stratégie d’élargir ses horizons et de toucher un maximum de créateurs de contenus. À quelques jours de son premier anniversaire, et alors que la start-up vient de se lancer en Allemagne, j’ai voulu en savoir plus sur cette plateforme. J’ai donc interrogé le fondateur de MMC et donc de Tipeee, à savoir Michael Goldman, le fils de Jean-Jacques Goldman. De nombreux sujets ont été abordés, que ce soit l’infrastructure de la société, son développement à l’international ou encore la future concurrence de YouTube.

Notez qu’un article consacré aux différentes méthodes de mécénat et de financement participatif sur Internet sera publié sur ce blog dans quelques semaines ou mois.

Capture d’écran 2014-11-26 à 13.23.29

Combien de personnes travaillent spécifiquement pour Tipeee ?

Aujourd’hui trois seulement mais à terme (en 2015) les périmètres seront mieux définis et je pense qu’il y aura cinq personnes dédiées.

Tipeee est-il indépendant de MyMajorCompany (locaux, employés, direction etc.) ?

Non, aujourd’hui, Tipeee partage les mêmes locaux et s’appuie sur la même infrastructure web et business (administratif, juridique, direction…). Mais cela peut changer dans les mois qui viennent.

Quel est votre niveau de croissance ces derniers mois ? (argents investis par les Tipeurs)

C’est dur à dire parce qu’on a très peu de recul dans le temps. Le mois d’octobre, par exemple, était 150 % mieux que septembre, novembre sera 150 % mieux qu’octobre, mais juillet était supérieur à septembre. Donc tout ça est un peu aléatoire et l’été est une période particulière. Le vrai premier bilan sur la croissance on pourra le faire en juin 2015 je pense.

Cette croissance correspond-elle à celle que vous aviez prévue ?

Oui assez précisément, on est vraiment content des résultats obtenus jusqu’à présent.

Quel niveau devez-vous atteindre pour être viable financièrement ?

C’est dur à dire, parce que pour l’instant les business sont entremêlés et il y a des effets de bord qu’on avait prévus mais qui sont difficiles à ranger dans une case précise. Par exemple quand un créateur de Tipeee réalise une collecte de crowdfunding sur MyMajorCompany alors qu’il aurait initialement prévu de la faire sur une autre plateforme. Mais en gros, pris isolément, pour que le business de Tipeee devienne rentable il faut qu’il explose en volume. Qu’on fasse probablement 100 fois ce qu’on fait aujourd’hui. C’est pour ça qu’on travaille d’ores et déjà à s’ouvrir sur d’autres territoires européens.

Capture d’écran 2014-11-26 à 13.23.46

Êtes-vous surpris du niveau du tip moyen (environ 9 euros) ?

Oui je pensais que ce serait moins élevé. C’est le gros avantage de la mécanique des contreparties par rapport aux dons Paypal par exemple. Les contreparties augmentent largement la valeur du don moyen. C’est un des enseignements de nos années de crowdfunding.

L’âge moyen des tipeurs (29 ans) a-t-il augmenté ou régressé ces derniers mois ? L’arrivée de chaînes « matures » comme Nota Bene et Code MU pourrait-elle participer à un vieillissement des Tipeurs ?

L’âge moyen des tipeurs est assez stable. Les chaînes matures vont amener des tipeurs plus âgés, mais il y a aussi plein de raisons qui peuvent faire baisser l’âge moyen du tipeur. Au final, j’ai beaucoup de mal à pronostiquer ce que sera notre âge moyen dans un an. Mais c’est sur qu’il sera toujours très largement supérieur à l’âge moyen du consommateur YouTube « lambda ».

Pensez-vous que plusieurs créateurs de contenus pourraient vivre uniquement de leurs mécènes Tipeee ou cela doit-il être vu uniquement comme un appoint ?

Benzaie et Usul pour ne citer qu’eux pourraient déjà en vivre à 100 % il me semble, mais l’environnement YouTube est tel, qu’il serait dommage de s’en contenter. Je pense que Tipeee peut devenir une source de revenu fondamentale, mais qu’il a vocation à s’intégrer un portefeuille de revenus (avec les adds, les salons / évènements …)

Justement, êtes-vous surpris des succès d’Usul (4300 € par contenu) ou encore de Benzaie (2000 €) ?

Non. Ça me semble refléter la qualité de leur travail, et l’adhésion des gens à ce qu’ils font, et à mon sens, c’est précisément ce que la pub elle n’est pas capable de valoriser.

A contrario, de nombreux créateurs de contenus ont très peu de Tipeurs. N’est-ce pas un problème ?

Ça dépend. On peut avoir peu de followers mais des followers très qualifiés et très généreux. On voit régulièrement sur la plateforme des Tips de 100 – 150 euros, et ils ne sont pas forcément chez les gros YouTubeurs du site. Au final, je crois que la qualité de l’adhésion que la communauté peut avoir avec le contenu fourni est au moins aussi importante que la quantité de subscribers.

Et craignez-vous le système de Tip que compte mettre en place YouTube ? (en savoir plus)

Oui et non. Oui parce que c’est YouTube. Non parce que YouTube ne pourra pas faire exactement la même chose que nous. Ce sera un bouton Tip un peu comme un « donate » Paypal, et ça correspondra certainement à des besoins, mais pas à tous les besoins. De plus, leur action a le mérite de mettre un coup de projecteur formidable sur le principe du « tipping » que nous défendons activement depuis 1 an.

Capture d’écran 2014-11-26 à 13.24.10

Préparez-vous des nouveautés à court, moyen et long terme ?

Oui plein de petites choses. Il y a déjà le Tipeee Show tous les mois, qu’on a lancé au mois d’octobre. On va, d’ailleurs, fêter nos 1 an lors de la 3ème émission le 11/12 avec pas mal de surprises. À moyen/ long terme on essaye de se développer en Allemagne et en Espagne. Puis on bosse aussi sur le streaming, qui est un secteur qui nous intéresse depuis le début, et sur lequel le Tip explose.

Comment se passe votre développement à l’international justement ?

Ça commence tout juste. On a mis du temps à trouver une formule qui nous va. Les vrais débuts de l’Allemagne c’est là, en ce moment. Avant nous n’avions que la CB qui est un moyen de paiement minoritaire. Maintenant nous avons tout et le travail commence vraiment. Pour l’Espagne ce sera début 2015.

Comptez-vous envahir toute l’Europe et pourquoi pas aller plus loin ?

Oui l’objectif c’est de prendre la place en Europe, prioritairement. Aller plus loin pourquoi pas mais le marché américain a déjà son leader, et les autres marchés mûrs sont assez lointains d’un point de vu culturel / business (l’Asie notamment). Pour l’instant on essaye de faire les choses dans l’ordre et de se poser les bonnes questions au bon moment. A ce stade l’urgence est de consolider notre business chez nous.

Vos membres sont essentiellement des YouTubeurs, alors que la plateforme ne se limite en aucun cas à ces derniers. Comment comptez-vous attirer des créateurs de contenus autres que vidéo ?

Par l’exemple. C’était la même chose dans le crowdfunding avec My Major Company. Lorsque le panthéon a fait financer la restauration de son dôme, tous les médias en ont parlé, et dans la foulée nous avons reçu des dizaines de projets patrimoniaux. Il suffit d’un blog, d’un soundcloud, ou de je ne sais quel autre type de création web qui marche sur la plateforme, et dont le succès a un relai médiatique, pour que les autres s’y mettent. Pour attirer les premiers nous les contactons et nous tentons d’évangéliser autour de notre modèle.

Des applications Android et iOS sont-elles prévues ?

On y réfléchit, mais on se dit que si « App » il y a, à l’usage, elle sera plus utile pour les créateurs que pour les internautes. Donc on bosse sur des solutions à destinations des créateurs, des outils qui leur permettent de suivre leur collecte et d’interagir avec leur communauté.

Vos Conditions Générales d’Utilisation ont récemment été modifiées. Quels ont été les principaux changements ?

Ce sont des réécritures de clauses liées à l’intégration d’un prestataire de paiement, Mangopay, que nous venons de mettre en place. Mais honnêtement je ne suis pas chaque modification des CGU ;). Ce sont à 90% des formalités sans enjeu majeur, et les modifications mineures de CGU ça arrive au moins 3-4 fois par an.

Pouvez-vous rappeler aux créateurs comment l’argent récolté doit être déclaré aux impôts ?

Ce sont des revenus. Ils les traitent de la manière dont ils traitent leurs revenus donc ça dépend de la structure qui les reçoit (sont ils une entreprise? un particulier?) Pour plus de détails on vous invite à jeter un œil par ici ;)

Enfin, avez-vous déjà eu des problèmes financiers avec certains membres voire des plaintes ?

Pour l’instant non, et si jamais notre service utilisateurs est réactif et à l’écoute de tous vos problèmes.


Cette entrevue vous est offerte gratuitement et sans publicité.

Vous pouvez soutenir Votre Journaliste en diffusant et partageant les articles, sans oublier l’auteur et les sources. Vous pouvez aussi aider Votre Journaliste dans sa quête d’indépendance et d’information libre en le soutenant via le site de financement participatif Tipeee ou encore via Flattr et Gratipay. Et n’hésitez surtout pas à lui soumettre des idées de sujets par l’intermédiaire de sa page Ask.fm.

One thought on “[Interview] Michael Goldman (Tipeee) : « YouTube ne pourra pas faire exactement la même chose que nous »

  1. Très chouette interview, merci! J’attends avec intérêt l’article sur les différents moyens de financement participatif, ce d’autant plus que j’avais moi-même écrit un texte sur ce sujet il y a quelques mois.

    Je serais intéressé de voir ce que donne Gratipay par rapport à Flattr et comment s’insèrent les nouveaux services à base de bitcoin, comme Changetip.