Le texte que vous allez lire ci-dessous a été écrit par Votre Journaliste le 14 février 2003, il y a douze ans jour pour jour. Publié sur Televore.com, il n’a aucun rapport avec la Saint Valentin mais traite d’une problématique majeure et encore d’actualité : la qualité de l’information qui nous est fournie. Et si la base de la réflexion se porte sur la télévision, la logique de cet article peut bien entendu être généralisée. 

Pardonnez la faiblesse de ce texte, c’était il y a douze longues années, un autre monde, une autre époque ;)

Photo de la Une : Mike Licht. (CC BY 2.0)


Photo de flash.pro (CC BY 2.0)

Photo de flash.pro (CC BY 2.0)

La télévision aime traiter de tous les sujets possibles existant sur Terre. Chacun d’entre nous a sa spécialité, que ce soit par notre éducation, notre travail ou nos passions. Ainsi, la télévision a forcément abordé l’une de vos disciplines préférées lors d’un reportage, et fatalement, vous aurez noté de grosses erreurs, au mieux quelques oublis ayant une grande importance quant à l’impression générale dudit reportage. Normalement, à moins que vous l’ayez trouvé parfait – chose dont je doute fortement – vous en serez écœuré, avec une impression de trahison de la part des personnes ayant sali votre passion, que ce soient les journalistes ou les cobayes/acteurs filmés lors de ce mensonge télévisuel. Après l’écœurement, c’est plus un sentiment de révolte quelquefois proche de la haine qui vous submergera. Malheureusement, cette énorme frustration en restera là et l’image générale de votre passion sera toujours écorchée et loin de la vérité.

Je mets au défi quiconque pouvant me dire : « ma passion est TOUJOURS bien traitée à la télévision ». Certes, peut-être que certains sujets sont bien traités – et encore… – mais que tous les connaisseurs de sports, de mangas, d’histoire, de géographie, d’informatique, de jeux vidéo, de cinéma, de musique, de médecine, tous les globetrotteurs, et j’en passe – liste non exhaustive – m’affirment qu’ils n’ont jamais surpris ne serait-ce que quelques bourdes journalistiques, bourdes rarement corrigées a posteriori d’ailleurs.

La télévision aime généraliser. Elle aime aussi « le pire de ». Alors quand on prend le pire – l’extrême – de votre passion et quand ce cas quasi désespéré ou horrible est montré comme l’ensemble du sujet, ça fait la plupart du temps mal au cœur.

Mais venons en au véritable sujet de cet article. En se basant sur les faits cités ci-dessus, c’est à dire : quand on a un certain savoir dans une discipline donnée, on remarque toujours des erreurs. Conclusion, personnelle, mais cet article ne fait que soulever certaines questions : ces mêmes inexactitudes voire aberrations ne sont elles pas présentes lors des sujets où nous ne sommes pas spécialistes, fautes que par conséquent l’on ne remarque donc pas ? En gros, la télévision ne raconterait-elle pas de conneries à longueur de journée sans que nous nous rendions compte, sauf dans nos spécialités ? Et ce jusqu’à créer des idées reçues nationales, voire des fautes de français par exemple.

On a ainsi eu les « nominés » au César, alors que le terme nomination existe bien, mais pas « nominés » – c’est « nommé ». Il a fallu un nombre d’années hallucinant pour que cette bourde linguistique soit corrigée…

Personnellement, je généraliserais bien l’idée principale de cet article à tous les médias et même les professeurs – au fur et à mesure que mon âge s’est avancé, j’ai pu noter une forte croissance de « coquilles professorales » – mais comme nous sommes sur Télévore.com, limitons le sujet à la télévision. Il n’empêche, même des quotidiens et des hebdomadaires de « haut rang » méritent quelques fois des claques…

Grand amateur de sports et notamment de football, je ne compte plus les perles de notre chère boîte à images. Et ce jusqu’à même aux émissions spécialisées ! Cependant le sport est tout de même fortement traité, donc il ne s’agit d’ici que de quelques erreurs, même si certaines réflexions aux JT de 20H à propos de l’équipe de France de Football en Asie pouvaient faire pleurer, mais pas de rire… Mais d’autres sujets sont beaucoup moins traités, et c’est là que le bât blesse.

Prenons l’exemple de l’informatique, d’internet et des jeux vidéo. Si vous lisez cet article, vous êtes censés être un minimum concerné. Dans 99% des cas, quand ce domaine – pourtant commun à des centaines de millions de personnes dans le monde – est traité, c’est pour dénoncer ses dérives et la plupart du temps laisser derrière le reportage des préjugés totalement faux. Pire, être passionné devient presque une honte, une maladie voire un crime ! Ce n’est pas TF1 qui dira que l’abus de BigDil est nuisible pour la santé. Mais il est vrai que le temps passé sur un ordinateur signifie moins de temps passé devant la télévision…

Mais qu’en est-il des sujets que nous ne connaissons pas et des maladresses et autres quiproquos que nous n’apercevons jamais ? Pour s’en aviser, il faudrait à chaque diffusion d’un reportage s’informer auprès d’experts qui n’ont pas la langue de bois, qui ne sont pas démagogues et qui ne prônent pas constamment le politiquement correct… Il n’est cependant pas aisé d’avoir le Kasparov de tout ce qui est abordé à la télévision. Mais internet est vaste et avoir des contacts de tout genre est tout de même plus aisé sur le net que dans la rue.

Un forum pourrait être une solution, cependant tous les forums sont spécialisés dans leur domaine. Un forum multi-culturel, polytechnique, polythéiste, ouvert à une flopée de passions aussi variées que complexes est presque une utopie. Ce serait pourtant la solution la plus simple et rapide à mettre en place, car je vois mal des journalistes spécialisés publier des articles contestant leurs confrères, une sorte de « Arrêt sur image » géant, général et constant…

Conclusion : La télévision est le loisir préféré des Français – voir cette news de Télévore.com. C’est par conséquent le média qui a le plus d’impact sur la population, notamment les plus jeunes, surtout quand leurs parents ne jouent pas leur rôle…. Malheureusement, c’est aussi le média le moins professionnel, le moins rigoureux et donc le plus généraliste et le plus enclin à faire des amalgames. De ce fait, nous sommes plus qu’en droit de se demander si nous ne sommes pas trompés à longueur de journée. Tout vérifier serait un véritable casse-tête. Une remise en question des journalistes ne s’imposerait-elle pas alors ?


Cet article vous est offert gratuitement et sans publicité.

Vous pouvez soutenir Votre Journaliste en diffusant et partageant les articles, sans oublier l’auteur et les sources. Vous pouvez aussi m’aider dans ma quête d’indépendance et d’information libre en me soutenant via le site de financement participatif Tipeee ou encore via Flattr et Gratipay. Et n’hésitez surtout pas à me soumettre des idées de sujets par l’intermédiaire de ma page Ask.fm.

5 thoughts on “La télévision est-elle sérieuse ?

  1. Dommage que l’article n’étoffe pas sa conclusion, qui traite un sujet qui mériterait, à mon avis, un article à lui tout seul!

  2. « Malheureusement, c’est aussi le média le moins professionnel » : FAUX

    Je dirais plutôt que c’est Internet qui par sa nature permet à chacun de s’exprimer.

    • Attention il faut prendre en compte l’âge de l’article ;) et sur internet la médiocrité côtoie le très bon. À la tv aussi on peut dire.

Laisser un commentaire