Cet article n’existerait pas sans le soutien sur Tipeee de Thierry, Jérémie, Pierre, Julien, Isaïe, Numérus et sans vos dons Flattr, ChangeTip et Gratipay.
Un grand merci à tous mes généreux mécènes.
Photo de la Une : Leo Grübler. (CC BY-ND 2.0)


Savez-vous ce qu’est une Nétiquette ? Les plus anciens internautes certainement. Les plus récents, probablement non. Selon la définition rédigée par les différents contributeurs de Wikipédia, une Nétiquette est « une règle informelle, puis une charte qui définit les règles de conduite et de politesse recommandées sur les premiers médias de communication mis à disposition par Internet. Il s’agit de tentatives de formalisation d’un certain contrat social pour l’Internet. »

Or depuis plusieurs années, cette Nétiquette semble disparaître. Très présente lors des débuts d’Internet, avec IRC, les newsgroups et plus tard les forums, la génération des blogs puis des réseaux sociaux semble avoir mis au placard ce qui, selon Wikipédia, est une tentative de créer « un certain contrat social pour l’Internet ». Ce qui n’est pas rien. Pourquoi cette quasi-disparition de la Nétiquette ? Cet article n’est pas là pour répondre à cette question. Tout au plus peut-on penser que les internautes et les créateurs de nouveaux services ont estimé (à tort selon moi) que cette Nétiquette est entrée dans l’inconscient de tous les internautes, y compris des plus récents, et qu’elle est donc devenue inutile.

Au regard des différents comportements que l’on peut voir sur bien des services en ligne, il est pourtant évident qu’une Nétiquette reste plus que jamais d’actualité. Afin de répondre aux différents besoins actuels, j’ai donc décidé de rédiger ce que j’appelle une « Nouvelle Nétiquette », que l’on pourrait même aussi nommer « Nouvelle Néthiquette ». Elle comprend les règles de base que l’on pouvait retrouver dans le passé, mais aussi d’autres conseils et astuces pour diverses activités sur la toile plus récentes.

Bien entendu, cette Nouvelle Nétiquette évoluera en fonction de vos retours. N’hésitez donc pas à faire des remarques et à la compléter, que ce soit via les commentaires, mon email, les réseaux sociaux (voir les liens en haut à droite) ou tout autre moyen de communication à votre disposition.

Au regard de la longueur de cet article, voici son sommaire :

1. Écrire sur Internet
2. Emails et réception de messages
3. La recherche en ligne
4. Les réseaux sociaux
5. L’achat en ligne
6. Les rapports internautes / créateurs de contenus
7. Règles spécifiques aux vidéastes (YouTubeurs, etc.)
8. Règles spécifiques aux journalistes en ligne
9. La consommation des médias
10. Règles spécifiques aux créateurs de site (webmaster/développeur)
11. Règles spécifiques aux Community Managers
12. Règles spécifiques aux modérateurs
13. Règles spécifiques aux parents
14. Règles spécifiques aux enfants
15. Autres règles fondamentales

Écrire sur Internet

3896257022_f76ac90b7e_oPhoto de rhys_kiwi. (CC BY-NC-SA 2.0)

Les Majuscules : écrire tout en majuscules est équivalent à crier. Cette pratique est donc à prohiber.

Bien écrire : peu importe où vous écrivez, que ce soit des réseaux sociaux, un forum, un tchat de discussion ou des commentaires d’un site d’actualité ou sur YouTube, pensez à votre orthographe, votre conjugaison, votre grammaire et votre ponctuation. Vous publiez sur Internet, vous êtes donc susceptible d’être lu par de très nombreuses personnes. Pensez à eux en faisant de votre mieux.

Les SMS : dans la même logique, le langage SMS est à proscrire.

Aérer : en cas de long texte, pensez à faire des paragraphes et à sauter des lignes.

Mais… : ne sautez pas de ligne en plein milieu d’une phrase.

Le flood : ne publiez pas plusieurs fois un message ou plusieurs messages d’affilés. Éditez-le si vous le pouvez.

Restez courtois : l’écrit étant différent de l’oral, il est facile de laisser croire que l’on est agressif voire insultant. Veuillez à bien choisir vos mots voire à faire usage de smilies si vous voulez être certain d’être bien compris. D’une manière globale, même si quelqu’un vous insulte, ne répondez pas par l’insulte. Cela déroutera votre interlocuteur, qui ne cherche justement que le conflit. Répondre courtoisement à un imbécile le remet généralement à sa place.

Les liens inappropriés : que ce soit la publication de photos ou de vidéos d’une grande violence, pornographiques ou autres, pensez aux âmes sensibles, aux plus jeunes ou encore à ceux présents au travail. Ne les publiez pas ou tout du moins avertissez avant du caractère spécial de votre lien.

Les données personnelles : d’une manière générale, ne diffusez pas d’informations confidentielles en public tels votre adresse, votre numéro de téléphone, une copie de votre passeport, les numéros de votre carte bancaire, etc. Ces informations pourraient être exploitées contre vous plus tard par des personnes mal intentionnées.

L’intégrule : dans une discussion, lisez l’intégralité des messages précédents avant de publier le vôtre. Faire une répétition ou poser une question qui a déjà eu sa réponse ne sert à rien hormis alourdir inutilement une conversation ou un débat.

L’intégrule 2 : avant de commenter un article (de presse ou de blog), là encore, lisez le en intégralité avant de poser des questions. Ne vous contentez pas du titre ou de l’introduction. Il est probable que la réponse à votre question est dans l’article.

L’ironie : le second degré est parfois difficile à l’oral, il l’est plus encore à l’écrit. Si vous l’écrivez, assurez-vous d’être dans le contexte idéal. Si vous le lisez, pensez au point précédent ainsi qu’à vous renseigner sur la personne qui écrit ces mots, avant de la juger à tort en prenant son message au premier degré.

Le StYLe : MetTrE dEs MaJuScUles PaRtOuT nE SeRt à RiEn HorMis VoUs DoNNer Un StYle PoUrRi.

Les sourds : pensez que de nombreux internautes sont sourds et malentendants. Cela peut expliquer parfois leurs problèmes de français. Pardonnez-leur et exploitez plutôt cette chance que vous avez de « parler » à une personne sourde alors que vous ne connaissez rien aux langues des signes.

Emails et réception de messages

Fichiers joints : n’ouvrez pas de fichiers joints venant de personnes louches et/ou inconnues. Sans exception.

Spams et objets : arrangez-vous pour que vos messages ne ressemblent pas à des spams, ces messages non sollicités. Outre le respect des règles ci-dessus (pas de majuscules, orthographe de qualité…) pensez à mettre un objet clair à votre email, cela permet déjà de mieux discerner les bons messages des mauvais.

À tous : le « répondre à tous » dans un email fait ce qu’il dit : il répond à tout le monde. Attention donc à ne pas envoyer un message censé être privé, pour une seule personne, à tout le monde. C’est un peu comme demander un peu de sucre à son voisin en le criant au-dessus du toit. Mieux vaut toquer à la porte de son voisin.

Les chaînes : ne transférez pas les chaines d’emails ou sur les réseaux sociaux sauf si elles sont officielles (alerte enlèvement) ou que vous connaissez directement la personne concernée par la chaîne. Avant de les transférer, vérifiez donc que des journaux ou que les sites officiels ont bien abordé le sujet.

À la pêche : certains courriels et sites de phishing, technique appelée hameçonnage en français, sont parfois redoutables. Ces emails et sites qui ressemblent aux officiels, mais qui sont en réalité de véritables arnaques, sont très dangereux. D’une manière générale, ne donnez jamais vos informations personnelles (numéros de carte bancaire, mot de passe, etc.) sans qu’il n’y ait de raisons évidentes et logiques de le faire. Dans le doute, abstenez-vous et demandez un avis à quelqu’un de plus aguerri par ce genre de subterfuges.

Fortune : si vous êtes extrêmement chanceux et que par miracle quelqu’un veut vous léguer sa fortune, il ne passera pas par Western Union. Croyez-moi. 

La recherche en ligne

Cherchez par vous-même : au lieu de demander aux autres une information banale, utiliser un moteur de recherche est plutôt pratique. Le plus connu est Google, mais il compte de nombreux concurrents, tels DuckDuckGo, Bing, etc.

Astuces : pour faciliter et affiner vos recherches, utilisez des mots clés précis, supprimez de la recherche un ou des mots en utilisant le tiret (-) et forcez la recherche d’expression complète avec les guillemets (‘’ ‘’). N’hésitez pas non plus à utiliser les filtres de langues, de temps, etc. Apprendre à chercher, c’est apprendre à trouver. (Voir : 25 astuces pour la recherche sur Google)

Les réseaux sociaux

4608219105_d7244f9828_oPhoto de Sean MacEntee. (CC BY-SA 2.0)

Public/Privé : dès votre inscription sur n’importe quel réseau social, pensez à regarder les paramètres et les règles de confidentialité afin de savoir précisément qui à l’extérieur peut lire quoi. Sur un réseau comme Facebook, mieux vaut d’ailleurs limiter la vision de tous vos contenus par vos amis et uniquement vos amis. Attention, certaines mises à jour de site modifient parfois vos paramètres. N’hésitez donc pas à les revoir régulièrement afin de vérifier que tout est en ordre.

Prudence : ne publiez pas de photos et de vidéo de vous douteuses et que vous pourriez regretter plus tard.

Les autres : ne publiez pas de photos ou des vidéos des autres sans leur consentement. Même s’il s’agit de vos amis. Surtout s’il s’agit d’inconnus. Et ne les taguez pas sans leur consentement non plus.

Privé : ne publiez pas de message privé en public sans le consentement de l’autre partie, cela est illégal.

Privé 2 : ne répondez pas publiquement si votre discussion se veut être privée.

Gratuit ? : Apple, Microsoft, Facebook et aucune autre boite au monde n’offrent gratuitement des produits, une loterie ou ce genre de connerie. Arrêtez de croire au Père Noël (sauf si vous avez 5 ans).

Mytho : ne partagez pas des informations qui vous semblent mensongères. Dans le cas contraire, vous entrerez dans le jeu des personnes qui veulent manipuler l’opinion. 

L’achat en ligne

La confiance : Internet est un endroit fabuleux pour acheter toutes sortes de choses. De nombreux sites sérieux et fiables existent. Mais tout autant de mauvais sites pullulent sur la toile. En cas de doutes, n’hésitez pas à vous renseigner à leur sujet. Taper dans un moteur de recherche le nom du magasin plus « arnaque » est souvent évocateur. N’hésitez pas à demander à vos amis ou sur des forums des retours d’anciens clients.

Comparatif : n’hésitez pas à comparer les prix lorsque vous achetez un produit, qu’il soit neuf et plus encore d’occasion. Il n’est ainsi pas rare de trouver un produit d’occasion au prix du neuf, ou encore de trouver de grandes différences selon les magasins. De multiples comparateurs de prix existent sur Internet, mais cette page n’étant pas dévouée à faire de la publicité, je ne citerai aucun nom.

Cache-cache : attention aux frais cachés. Lors des dernières étapes de votre achat, il n’est pas rare que certains magasins intègrent des options payantes, une assurance par exemple. Pensez-y.

Les FdP : si vous habitez dans une capitale, ne payez pas des frais de port pour que votre produit arrive plus rapidement. Le magasin vous annonce qu’il faut 9 ou 10 jours d’attente avec l’option la moins chère ? C’est peut-être vrai si vous habitez dans un petit village. Mais dans une capitale, cela devrait prendre 3 ou 4 jours maximum.

Variation des prix : faites bien attention à l’IP Tracking, aux cookies et vos heures de visites lorsque vous vous rendez sur un site d’achat de billets d’avion ou de train. Les prix risquent en effet de varier plus ou moins si vous revenez une autre heure ou un autre jour. N’hésitez donc pas à vous renseigner sur la meilleure heure et le jour le plus intéressant pour faire vos achats (généralement, la nuit et certains jours de semaine plutôt que le jour et le week-end).

Les rapports internautes / créateurs de contenus

5379840646_b6f2fb5be5_oPhoto de Diego Diaz. (CC BY-NC-ND 2.0)

Le créateur est libre : un internaute qui produit du contenu gratuitement ne vous doit strictement rien. Vous n’avez donc pas à le juger sur son rythme de publication, etc. Rien ne vous empêche de critiquer son contenu bien entendu, mais ce n’est pas parce que vous avez été habitué à certains standards que cela restera ainsi ad vitam aeternam.

Question-réponse : un créateur de contenu ne peut pas forcément vous répondre, encore moins rapidement. Certains reçoivent des centaines de messages quotidiens et ne peuvent passer leur vie à cette tâche. Soyez donc patient et n’hésitez pas à lire leurs messages texte ou vidéo publiés sur leurs comptes.

Distance et respect : ce n’est pas parce que vous lisez les articles de quelqu’un sur un site ou regardez une personne régulièrement sur YouTube que vous connaissez cette personne. Ne vous croyez pas proche d’elle et donc ne lui parlez pas comme si elle était votre amie. Elle ne vous connaît pas et demandera donc une certaine distance comme il est de coutume lorsque l’on parle à quelqu’un d’étranger.

Le physique : les commentaires sur le physique des vidéastes est à proscrire car totalement inutile. Il a une cicatrice sur le visage ? Il le sait, merci. Elle a une grosse poitrine ? Ne vous inquiétez pas, elle est au courant. Il zozote légèrement ? Il a dû s’en rendre compte. Elle n’est pas maquillée ? C’est son choix, et le faire remarquer ne servira à rien. Les gens qui publient des vidéos sur Internet ne sont pas là pour être beau ou vous plaire physiquement (sauf exception), ils sont là pour vous présenter un contenu, pour vous offrir leurs réflexions. Critiquer le fond du sujet, oui, le physique de l’auteur, non.

Les rédacteurs-SAV : les journalistes et les blogueurs ne travaillent (généralement) pas pour les sociétés qu’ils traitent dans leurs articles. Inutile de leur envoyer des emails pour leur demander de faire office de service après vente ou pour qu’ils vous conseillent. Ils ne sont pas là pour ça. Si vous avez des questions, renseignez-vous directement auprès des entreprises concernées ou publiez vos questions dans un forum ou sur vos réseaux sociaux.

Règles spécifiques aux vidéastes (YouTubeurs, etc.)

Participez : l’avantage du web par rapport la télévision est de pouvoir interagir plus facilement et rapidement avec les téléspectateurs. Ne soyez pas renfermé sur vous-mêmes. Répondez aux différents messages qui vous sont adressés. Et s’ils sont trop nombreux, sélectionnez les plus intéressants et ceux recueillant le plus de pouces bleus.

Spider-Man : vérifiez, plusieurs fois si possible, tout ce que vous publiez. Vous avez une grande responsabilité envers vos auditeurs. Vous ne pouvez pas publier n’importe quoi. 

Sponsor : votre vidéo est sponsorisée ? Ne le cachez pas, dites-le clairement dans le titre ou au début. Assumez.

Red isn’t dead : Les pouces rouges vers le bas vous touchent profondément ? Cela ne devrait pas être le cas. N’ayez pas peur de déplaire. Au contraire, une vidéo sans pouce rouge est certainement une œuvre trop consensuelle, trop lisse. Tous les goûts sont dans la nature, si vous déplaisez, cela n’a rien de catastrophique et cela ne doit pas forcément vous pousser à vous remettre totalement en question.

Influenza : ne vous laisse pas influencer par ceux qui vous critiqueront non pas sur votre contenu, mais sur le rythme de publication, votre physique ou tout autre sujet n’ayant rien à voir avec votre travail. N’en faites pas cas et ne répondez même pas à ce genre de sollicitations hors de propos.

Règles spécifiques aux journalistes en ligne

5212871616_03478c5af7_b (1)Photo : Ahmad Hammoud. (CC BY-SA 2.0)

La charte : lire et respecter la Charte de Munich est un excellent premier pas.

Copycat : évitez de recopier un contenu. Il vous plait ? Mettez un lien, tout simplement.

Les sources : précisez toujours, avec un lien si c’est possible, vos sources. TOUJOURS.

Les sources 2 : multipliez vos sources, ne vous contentez pas d’une source unique (quand c‘est possible).

Contradicteur : avoir un son de cloche n’est jamais bon. N’hésitez pas à contacter un contradicteur afin de contrebalancer les arguments et ainsi obtenir un papier plus équilibré. Cela permet de plus d’éviter de vous faire manipuler et de diffuser la propagande de certains.

Correction : vous avez fait une erreur ? Corrigez-la le plus rapidement possible, et précisez dans l’article la modification de ce dernier, tout en vous excusant.

Interagir : répondez aux lecteurs qui commentent certains points de votre article, tout du moins ceux qui le font avec courtoisie. N’ayez pas peur de vous confronter à vos lecteurs.

Critique : acceptez la critique, d’où qu’elle vienne, tant que son auteur fait preuve d’un minimum d’objectivité. Vous n’avez pas la science infuse.

Bait : évitez au maximum les click-baits, même si la tentation est grande. Tromper ses lecteurs est « bon » pour les stats à court terme. Mais à long terme, la méthode est dévastatrice sur la vision générale de la population envers les journalistes.

Conditionnel : ne mettez pas un titre à l’affirmatif alors qu’il devrait être au conditionnel. C’est une rumeur ? Conditionnel. La source n’est pas fiable ? Conditionnel (ou n’en parlez carrément pas). Le titre au conditionnel est trop long ? Débrouillez-vous pour que ça rentre. Mais tout comme le click-bait, les dégâts sur l’image des journalistes et de la presse peuvent être irréversibles.

La consommation des médias

Lire « les 13 commandements du consommateur de médias », dont voici les grands titres :

  1. Des chiffres tu te méfieras.
  2. Des sondages tu douteras.
  3. La pluralité des points de vue tu aimeras.
  4. La précision dans le droit tu adoreras.
  5. Les clickbaits tu boycotteras.
  6. Les titres sans réponse tu haïras.
  7. L’absence du conditionnel, tu abhorreras.
  8. Les articles sans source tu éviteras.
  9. Les intégrales, tu vénèreras.
  10. Les traductions, tu douteras.
  11. Les informations trop courtes, tu ne te contenteras pas.
  12. L’abus de rumeurs, tu refuseras.
  13. Les questions dans la rue tu détesteras.

Règles spécifiques aux créateurs de site (webmaster/développeur)

L’autorafraichissement : cette « astuce » pour faire gonfler les pages vues est une horreur et nuit au surf de vos visiteurs, en particulier s’ils lisent un long article, regardent une vidéo ou suivent un débat dans les commentaires.

Pop-down : c’est l’évidence, mais les pop-up, non. Vraiment.

Big : afficher une énorme publicité en haut du site, les annonceurs adorent. Les lecteurs beaucoup moins. Si ces derniers doivent « scroller » pour lire plus de trois lignes et accéder aux articles, il y a un problème.

Les PC : c’est la nouvelle mode depuis quelques années, faire un site pour les détenteurs de smartphones et de tablettes. Penser aux petits écrans tactiles, c’est bien. Mais les gens ont un ordinateur avec un écran de 27 pouces pour s’en servir. Ne les oubliez pas.

Noir c’est noir : évitez les écritures claires sur fond clair ou les écritures foncées sur fond foncé. Par pitié.

Ciao, bye bye : facilitez au maximum la désinscription et le désabonnement à vos sites, forums et newsletters, vos visiteurs et clients apprécieront.

Règles spécifiques aux Community Managers

4815259737_4b08662719_oPhoto de Dimitris Kalogeropoylos. (CC BY-SA 2.0)

Fast mais pas furious : répondez le plus rapidement possible aux questions.

Flegme : soyez toujours courtois, même si on insulte votre entreprise ou vous-même.

Flegme 2 : soyez compréhensifs envers les questions qui vous paraissent stupides ou déjà traitées.

Grammar Nazi : faire des fautes, même sur Twitter, est une hérésie. N’en faites pas, relisez-vous, passez systématiquement tous vos messages, même courts, dans un logiciel de type Antidote.

Humour : ayez de l’humour, fin si possible, en toutes circonstances, vos lecteurs et clients apprécieront.

Bad buzz : évitez de souiller votre entreprise en rebondissant sur une affaire grave pour faire votre publicité (les exemples sont nombreux). Les réseaux sociaux sont excellents pour la communication. Ils peuvent devenir un cauchemar en cas de « bad buzz ».

Assumez rapidement : si vous faites une erreur, ne vous cachez pas en vous censurant sans communiquer après coup. Si vous supprimez une erreur, vous devez absolument vous expliquer ensuite. Le silence et le secret ne font qu’alimenter les rumeurs et les débats. Plus tôt vous vous corrigerez et assumerez, plus rapidement vous éteindrez la mèche.

Interagissez avec vos concurrents : le boycott naturel de la concurrence, c’est bon pour les entreprises 1.0. N’ayez pas peur de parler de vos concurrents (en évitant les procès si possible), ne craignez pas d’entrer dans une conversation entre un concurrent et l’un de ses clients. Tant que cela ne ressemble pas à du racolage bien lourd bien entendu.

Diversité : pensez que vos lecteurs sont loin d’être homogènes, même si vous êtes spécialisé en maquillage ou tuning de voiture. Évitez donc de « genrer » vos messages (adressés qu’aux hommes ou aux femmes), de les « sexuer » (qu’aux hétéros), ou encore de différencier les gens en fonction de leur couleur, leur nationalité ou leur religion. Soyez le plus neutre possible.

Règles spécifiques aux modérateurs (forum…)

Liberté : privilégiez la liberté d’expression. La censure doit être la dernière des armes, uniquement si cela contrevient aux règles ou à la loi.

Main de fer dans un gant de velours : soyez ferme sans paraitre tyrannique et dictatorial.

Vite : agissez vite pour éviter qu’une conversation atteigne le pugilat verbal ou le point godwin.

Lent : certains membres sont énervés parce qu’ils ont passé une très mauvaise journée et ont des problèmes dans leur vie. Ne bannissez pas à la va-vite un membre qui a simplement dérapé. Discutez avec lui après quelques heures voire jours, à tête reposée.

Juriste : connaissez les règles sur le bout des doigts pour ne pas vous tromper dans vos choix. Sinon certains membres risquent de vous mettre à l’amende.

Intransigeance : devant une personne qui agresse verbalement d’autres membres continuellement, qui envoient des messages privés malsains (surtout à la gent féminine de votre communauté) ou qui publient régulièrement des liens inappropriés, soyez intransigeants. Laisser passer ce genre d’actions est une porte ouverte à de nombreuses dérives.

ÉcoutEz : si vous êtes un homme, ne prenez pas à la légère les remarques faites par les membres féminines. Certaines remarques peuvent vous paraître étonnantes, elle n’en sont pas moins réelles et concrètes.

Barème : n’hésitez pas à établir des barèmes de sanctions, l’ultime étant le ban définitif. Mais des bans temporaires ou encore la suppression de certains privilèges

Modérateur à vie : quand on devient modérateur, on ne peut plus se comporter comme un simple utilisateur, ce que vous étiez peut-être avant. Une fois modérateur, il n’y a plus de retour en arrière. Vous ne pourrez plus publier certaines choses, vous devrez être plus neutres et moins donner votre avis sur plusieurs sujets. Cela peut être frustrant, mais c’est le prix à payer pour la paix sociale. Dans le cas contraire, vous risquez d’empirer la situation et de créer des clans (notamment entre les anciens et les nouveaux).

Respect des règles : si le modérateur a pour rôle principal de faire respecter les règles, il ne doit surtout oublier qu’il doit lui-même respecter les règles. Il ne doit pas y avoir deux poids deux mesures.

Clair et précis : évitez au maximum le second degré, l’ironie et la condescendance. Soyez clair dans vos propos, le plus possible. Soupesez donc chaque mot et

Les règles spécifiques aux parents

Enseignez : ne croyez pas que vos enfants ont la science infuse. Rien n’est « naturel ». Apprenez-leur quelques bases fondamentales avant qu’ils ne fassent leurs premiers pas sur la toile.

Dédiés : n’hésitez pas à diriger vos enfants vers des sites et services spécifiques à leur âge.

Black & White : pour les plus petits, pensez à mettre en place une liste blanche (et des favoris) afin qu’ils ne surfent que sur des sites sûrs. Pour les un peu plus grands, la liberté est de mise. Une simple liste noire peut alors suffire.

MDP : n’hésitez pas à installer un mot de passe afin d’empêcher toute installation de logiciels et tout achat de contenu via les boutiques d’applications (App Store, Play Store, etc.).

La règle pour les enfants

Il n’y a qu’une règle à retenir : Internet, c’est comme dehors. Point. Ne faites pas de différence. Dans la rue, vous évitez de parler aux inconnus et plus encore de les suivre n’importe où ? Faites-en de même sur Internet. Restez au maximum dans votre cercle de proches et d’amis et ne faites confiance à personne. Cela ne signifie pas qu’il faut se couper du reste du monde, mais ne croyez jamais qu’être derrière votre écran vous protège totalement. Vous ne recevrez pas de coups physiques, c’est certain. Mais cela n’empêche pas de pouvoir être manipulé.

Autres règles fondamentales

9693327611_ad7daffb17_kPhoto de Frerk Meyer. (CC BY-SA 2.0)

motdepasse : lorsque vous créez un compte, évitez les mots de passe trop simple comme azerty, qwerty, 123456, votre date de naissance ou pire, « motdepasse ». N’hésitez pas aussi à en avoir des différents, surtout pour les comptes les plus importants (banque, etc.).

Les trolls : la meilleure arme contre les trolls, ces personnes provoquant sciemment afin de créer des discussions stériles, s’appelle l’ignorance. Elle fonctionne tout aussi bien dans la vie dehors que sur Internet. Quelqu’un publie une bêtise ? Faites comme si elle n’existait pas. Quelqu’un vous insulte ? Ne pas y répondre est la meilleure des réponses.

Commun créatif : si vous ne réalisez pas vous-mêmes vos photos ou encore vos vidéos, il est possible d’en acheter ou d’utiliser du contenu Creatives Commons, via Flickr ou même Google Images par exemple (en cochant les bonnes options). Dans ce dernier cas, pensez systématiquement à citer l’auteur original et à mettre un lien vers la licence CC concernée. Ceci peu importe si vous êtes journaliste, blogueur ou même membre d’un forum ou d’un réseau social. C’est une question de droit et de respect.

Anonymous : ne vous croyez pas anonymes et invincibles parce que vous êtes derrière votre clavier, chaque action a des conséquences.

Private Pratice : n’hésitez pas à utiliser la navigation privée si vous vous rendez sur des sites un peu spéciaux…

Les lois : ne laissez pas votre gouvernement faire voter des lois liberticides sur Internet pour des raisons de sécurité et de terrorisme (ou une autre raison fallacieuse)

Le doute : doutez, toujours, des informations que vous lirez, peu importe la source, même si elle paraît sérieuse. Multipliez les sources, n’hésitez pas à visiter Hoaxbuster, Debunkersdehoax ou d’autres sites du genre, posez-vous les bonnes questions, ne prenez rien pour acquis, y compris les sites soi-disant « libres » et « indépendants ». (et par conséquent VotreJournaliste.com y compris)


Cet article vous est offert gratuitement et sans publicité.

Vous pouvez soutenir Votre Journaliste en diffusant et partageant les articles, sans oublier l’auteur et les sources. Vous pouvez aussi m’aider dans ma quête d’indépendance et d’information libre en me soutenant via le site de financement participatif Tipeee ou encore via Flattr et Gratipay. Et n’hésitez surtout pas à me soumettre des idées de sujets par l’intermédiaire de ma page Ask.fm.

9 thoughts on “La Nouvelle Nétiquette

  1. Très bon. En rapport avec « l’intégrule », je complèterais bien en disant qu’avant de commenter un quelconque article en ligne (soit via la section de commentaires dédiée, soit sur un réseau social…) il faut avoir pris connaissance de son contenu et pas JUSTE en avoir lu le titre.

    C’est fou le nombre de commentaires que je peux lire, qui posent une question auquel l’article répond déjà, ou qui font un contresens complet. Déprimant, d’ailleurs.

  2. Bonjour,

    le projet de remetre au gout du jour une veritable nétiquette est vraiment… Intérèssant ? Utile ? Indispensable ? le mot ne me vient pas mais il oscille entre ces trois la ! Enfin bon, très très bonne initiative.

    Ceci dit, je ne peut adhérer a la manière dont tu a construit cette nétiquette : Elle est non-recevable sur plusieurs points :
    1° Elle prend son lecteur de très très haut…
    2° Elle n’est pas neutre sur beaucoup de points
    3° Elle n’est pas assez claire sur beaucoup d’autre
    4° Elle milite pour plus que ce a quoi elle devrais se limiter : la libertée du web et la bien-séance sur la toile.

    projet a revoir donc… Si tu le souhaite et si cela t’interesse, je developperais un peu plus ma pensée, mais la il est tard et mon lit m’attend.

    Cordialement,

    • Hello ;) je comprends les points que tu soulèves. On pourrait policer le tout et « corriger » les points 1 et 2 et mieux développer certaines parties pour le 3. Le point 4 par contre… C’est une volonté délibérée de ma part. Qui décide de ses limites à part moi même ? Elle dépasse le cadre de la nétiquette classique ? Je sais, c’était l’objectif. Après je comprends qu’on puisse penser qu’elle va trop loin.

  3. Bonjour,

    Article très intéressant. Je pense cependant qu’il manque manque un point dans la section : « Emails et réception de messages ». Il s’agit de l’utilisation du champ BCC lors de l’envoie d’un mail à plusieurs personnes n’ayant aucun lien entre elle (Newsletter, …). Rien ne m’énerve plus que recevoir un mail avec mon adresse se trouvant entre 400 autres.

    Le pire étant l’utilisation de « répondre à tous » par un destinataire du mail :D

Laisser un commentaire