Cet article n’existerait pas sans le soutien sur Tipeee de Thierry, Jérémie, Pierre, Julien, Isaïe, Numérus et sans vos dons Flattr, ChangeTip et Gratipay.
Un grand merci à tous mes généreux mécènes.


Régulièrement, en particulier en période d’élections, vous pouvez lire sur des sites ou des forums, ou encore sur vos différents réseaux sociaux, des articles populistes. Souvent très concis, ces messages ont pour objectif officiel d’alerter la population sur une situation anormale. Nombreux sont ceux concernant les politiciens, les patrons, la bourse, ou encore visant une communauté précise (les juifs, les musulmans, les étrangers, les Roms, les fonctionnaires, etc.). Afin d’y voir plus clair dans cet amas de messages qui sentent plus la manipulation et la propagande que l’envie réelle d’informer la population sur une situation donnée, Votre Journaliste compte donc régulièrement décrypter à la virgule près ce type de documents à l’instar d’un HoaxBuster.

Le premier document à passer sous ma loupe peut être divisé en deux. Sa première partie porte uniquement sur les salaires de diverses professions, en comparaison avec ceux des sénateurs et des ministres. La deuxième partie rebondit sur la première en s’intéressant au nombre de députés (représentants) et sénateurs aux États-Unis et leurs équivalents en France.

Hoax Manipulation Buzz salaires instituteur pompier médecin députés sénateurs france usa

Quand Demotivateur bégaie

Tournant sur le Net depuis de nombreuses années, parfois avec quelques variantes – l’instituteur ou le pompier sont remplacés par d’autres professions – ce document a été relayé sur la page Facebook de Demotivateur.fr il y a trois ans (le 29 février 2012), sans aucune vérification, entrainant plus de 4000 J’aime et 3000 partages. Certainement en mal de sujets, cette même image, au pixel près, a été de nouveau publiée le 13 mars dernier sur la page Facebook de… Demotivateur.fr. Avec cette fois plus de 45 000 J’aime et 31 000 partages au moment où je rédige ces lignes.

Si on peut comprendre que ce site court après le buzz et le partage massif au point de prendre le même contenu à trois ans d’intervalle, on peut toutefois se demander s’il ne devrait pas s’imposer une charte en matière d’images politiques au regard des conséquences possibles. Le site a été interrogé sur ce point, via sa page Facebook et par email. Votre Journaliste attend toujours une réponse.

Remarquez aussi que d’autres sites ont aussi relayé ce même genre d’informations, notamment Indignez-Vous le 5 décembre 2011 (soit avant Démotivateur, qui marque pourtant l’image de son nom), ou encore la page Facebook d’Actualité.co le 26 septembre 2014.

Note : si cet article est trop long, n’hésitez pas à lire les différentes conclusions ou la conclusion finale.

Les salaires

Instituteur : 1600 euros / Vrai

Pour rappel, on entend par instituteur un enseignant dans une école primaire (ou maternelle). On parle aussi de professeur d’école ou maître d’école. Ceux au secondaire, collège, lycée, université, etc. ne sont donc pas concernés par cette définition.

Le texte se rapportant à la France, nous devons donc prendre les chiffres de l’Éducation Nationale. Que nous disent-ils ? Les professeurs des écoles débutent entre 1325 et 1428 euros nets lors de leur première année de stage, pour grimper à 1640 euros nets lors de leurs deux premières années de titularisation. Ces trois sommes grimpent respectivement à 1616, 1741 et 2000 euros si l’on calcule en bruts.

Conclusion : Vrai (à quelques euros près). Le salaire avancé dans ce papier parle soit du salaire brut minimum d’un instituteur lorsqu’il débute, soit du salaire net lors de ses premières années de titularisation.

Pompier professionnel : 1800 euros / Faux

Notez qu’en France, près de 80 % des pompiers sont volontaires et donc non professionnels. Ils ne sont donc pas concernés par ce salaire de 1800 euros. Parmi les professionnels, on retrouve différentes classes. On commence ainsi en Sapeur 2e classe pour terminer en tant que Colonel pour les plus valeureux et chanceux.

Selon le site Emploipublic.fr, les salaires bruts vont de 1486 euros à 4459 euros par mois. Il faut ensuite rajouter différentes primes et indemnités difficiles à calculer du fait de leur irrégularité. Le site SalaireMoyen.com nous précise toutefois que le salaire net mensuel de cette profession est de 2226 euros nets par mois, soit 2853 euros bruts.

D’où viennent alors ces 1800 euros ? Les moins gradés ne gagnent pas autant, ni en net, ni même en brut. Les plus hauts gradés dépassent parfois cette somme, hormis les colonels qui surpassent largement ce salaire. Et les primes et les indemnités ne peuvent expliquer cette somme, tout du moins pas pour les moins bien gradés.

Conclusion : Faux. Le salaire avancé est faux, ou tout du moins trop imprécis sans plus de détail. Il ne s’agit ni du plus bas salaire, ni de la moyenne.

Médecin : 5000 euros / Faux

Le terme de médecin est très large. Après tout, il existe des spécialités. Parle-t-on ici d’un médecin de famille ? Et comme le note cet article du Figaro, les différences salariales vont du simple au triple (et même plus) selon les lieux, les spécialités et les secteurs (conventionnés ou non). Selon la Caisse autonome de retraite des médecins de France (CARMF) et la Caisse nationale d’assurance-maladie (CNAM), les médecins généralistes touchaient entre 69 825 et 74 640 euros nets par an en 2010. Doublez ces chiffres pour les spécialistes.

Conclusion : Faux. La somme de 5000 euros par mois est en-dessous de la réalité en moyenne d’après les chiffres de la CARMF et de la CNAM. Toutefois, elle est supérieure à ce que gagne un médecin généraliste ou même spécialiste dans un établissement de santé privé, qu’il soit débutant ou en fin de carrière (source). SalaireMoyen.com indique d’ailleurs que le salaire net mensuel moyen d’un médecin hospitalier est de 4500 euros, mais la profession compte bien d’autres types de médecins. Rajoutons que de nombreux médecins ont aussi des frais inhérents à leur profession, ce qui change là encore le calcul.

Sénateur : 19 000 euros / Vrai

Passons aux chiffres « populistes ». Le papier le sous-entend fortement : est-ce que ceux qui « profitent de la vie » gagnent 19 000 euros par mois ? Officiellement, les sénateurs touchent 7100 euros bruts par mois, soit 5379 euros nets, sachant qu’une partie du brut n’est pas imposable. Rajoutez ensuite une indemnité liée aux frais de mandat qui n’est pas négligeable puisqu’elle dépasse le salaire net. Elle est de 6037 euros nets et n’est pas imposable non plus. Il faut ensuite rajouter 7548 euros par mois destinés à payer les collaborateurs (au maximum de cinq). Si l’on cumule ces trois sommes (nettes), on atteint 18 964 euros, soit quasi 19 000 euros donc.

Conclusion : Vrai mais. S’il est évident que de nombreux sénateurs doivent faire leur maximum pour réduire leurs frais (par exemple avoir le moins de collaborateurs possibles, ou alors de la famille), il ne faut pas non plus faire croire que ces 19 000 euros restent en totalité dans leurs poches. Il y a des frais, ne serait-ce que de logement et de transport (hors SNCF dont l’accès est gratuit). Il est toutefois certain que plusieurs avantages pourraient être réduits voire supprimés, au regard des salaires et indemnités déjà élevés à la base.

Ministre : 30 000 euros / Faux

Hormis le Premier ministre, les ministres français gagnent tous la même somme : 9940 euros bruts depuis 2012 suite à la publication de ce décret, plus divers avantages en nature (logement de fonction, etc.). D’où vient donc cette somme de 30 000 euros ? Pas du présent donc, ni même du passé. Ceux des ministres sous Sarkozy étaient ainsi de 14 200 euros, toujours en brut, et de 21 300 euros pour le Premier ministre.

Peut-être faut-il alors creuser plus profondément dans l’histoire ? À une certaine époque, avant 2002, une « indemnité de frais d’emploi » de 6223 euros était effectivement versée aux ministres, nets d’impôts qui plus est. Mais nous n’atteignons toujours pas 30 000 euros.

La piste du cumul des mandats pourrait alors être une explication. Néanmoins, aujourd’hui, un ministre ne peut toucher plus de 50 % de son indemnité parlementaire. Cette indemnité de base, touchée par les députés, est de 5514,68 euros. La moitié représente donc 2757,34 euros. Pas de quoi atteindre les 30 000 euros, sauf peut-être pour un Premier ministre (avec son salaire de l’époque), avec en sus l’indemnité de frais d’emploi (qui n’existe plus depuis 13 ans) et l’indemnité parlementaire.

Conclusion : Faux.

Conclusion sur la première partie du document

L’auteur de ce document pointe une évidence : un sénateur touche bien plus qu’un instituteur. C’est une vérité incontestable. L’imprécision, pour ne pas dire la mauvaise foi, de sa rédaction, est toutefois criante. On compare ainsi un instituteur débutant, dont le salaire est appelé à évoluer d’ici la fin de sa carrière (plus ou moins fortement selon les profils), avec d’autres salaires qui sont moyens, fixes, ou qui impliquent de lourdes charges que n’ont évidemment pas à supporter les instituteurs. Qui plus est, nous ne savons jamais si l’auteur parle en net, en brut ou s’il mélange les deux.

Enfin, les commentaires accompagnant les salaires de chaque profession sont particulièrement orientés. S’il est difficile de les critiquer objectivement – certains, malintentionnés, pourraient par exemple dire qu’un instituteur ne sert qu’à formater l’esprit des enfants et qu’un médecin à se faire subventionner par la sécurité sociale – nous notons toutefois que la scission est claire entre les politiciens et les autres. Rajoutons que le passage sur les ministres a pour particularité de comporter des espaces en trop et trois points d’exclamation, afin de renforcer le côté abusif de la situation des ministres. Qui plus est, la somme avancée est complètement fausse.

France vs USA

France vs USA

La seconde partie du document oppose donc la France et les États-Unis. Analysons point par point ce qui est avancé.

USA : 300 millions d’habitants, 100 sénateurs, 435 représentants

Les États-Unis d’Amérique comptent environ 320 millions d’habitants aujourd’hui, sans compter le nombre d’immigrés clandestins, évalués à plusieurs millions. Le document tournant depuis plusieurs années, il n’était donc pas faux lors de sa rédaction. Il s’agit juste d’une question de mise à jour.

Concernant les sénateurs, le calcul est simple et reste fixe dans le temps : il y a toujours deux sénateurs par État, peu importe leur population. Puisque les USA ont 50 États, il y a donc toujours 100 sénateurs.

Du côté des représentants, équivalent des députés en France, ils ont un temps augmenté en fonction de la population avant de s’arrêter à 435 en 1963. Ce nombre est donc fixe lui aussi depuis plus de 50 ans.

Conclusion : Vrai, hormis le nombre d’habitants, pour une simple question de mise à jour, ou peut-être d’arrondi.

France : 60 millions d’habitants, 350 sénateurs, 577 députés

La logique est similaire à celle du point développé ci-dessus. Le nombre d’habitants n’est pas à jour. Aujourd’hui, la France compte plutôt 67 millions d’habitants.

Du côté des sénateurs, son nombre a été récemment fixé à 348. Il s’agit d’un plafond qui ne devrait plus être crevé puisqu’inscrit dans la Constitution. Auparavant, il était de 343 (2008, 331 (2004) et même 301 en 1958. Le nombre de 350 sénateurs n’a par contre jamais existé.

Concernant les députés, son nombre est de 577 depuis 1986. Un nombre qui lui aussi ne devrait plus augmenter suite à une récente inscription dans la Constitution. Il était de 482 il y a près de 60 ans et a même atteint 579 quelques années avant 1958.

Conclusion : Quasi Vrai, hormis le nombre d’habitants, encore pour une question de mise à jour, et pour le nombre de sénateurs, très légèrement gonflé pour des raisons inexplicables. L’argument de l’arrondi ne vaut pas ici, puisqu’il n’a pas été appliqué aux députés.

Si les USA faisaient comme la France, ils auraient 2100 sénateurs et 3462 députés

Si l’on prend les chiffres non mis à jour des populations, le document se base sur une population américaine 5 fois supérieure à celle de la France. Cela signifie donc qu’il suffit de multiplier par 5 les chiffres français pour avoir le même nombre de sénateurs et députés outre-Atlantique.

Avec les chiffres du document, on obtient donc :

  • 350 x 5 = 1750 sénateurs
  • 577 x 5 = 2885 députés

Conclusion : Faux, et d’assez loin, alors qu’il s’agit d’une simple multiplication par cinq. Les nombres avancés dans le document sont bizarrement surgonflés de plusieurs centaines d’élus (plus de 300 pour les sénateurs et près de 600 pour les députés). Sachant qu’en réalité, il y a 348 sénateurs en France, et non 350, rappelons-le.

Si la France faisait comme les USA, elle n’aurait que 17 sénateurs et 73 députés

Même logique mais inversée. Il suffit de diviser par 5 les chiffres américains pour obtenir en France :

  • 100 : 5 = 20 sénateurs
  • 435 : 5 = 87 députés

Conclusion : Faux, pas de très loin toutefois. On comprend néanmoins rapidement que l’objectif est de gonfler artificiellement les chiffres français actualisés et de sous-estimer les chiffres américains actualisés pour creuser l’écart.

« Et là, nous ferions des économies, tout en restant une démocratie ! »

Cette remarque est à analyser sous deux angles. Tout d’abord, elle est douteuse. 17 (ou 20) sénateurs et 73 (ou 87) députés pour une population comme celle de la France, est-ce vraiment le concept d’une démocratie ? Sachant que les représentants et sénateurs américains sont « fédéraux », ce qui signifie qu’ils n’ont pas autant de travail que les députés et sénateurs français. Je ne vais toutefois pas développer ce point ici, mais la question se pose.

Enfin, et c’est tout aussi important, cette phrase est fausse. Non pas du fait des différences salariales entre les deux pays, qui sont assez faibles (même si la moitié des élus du Congrès est millionnaire), mais pour une raison simple : chaque État américain dispose de son Parlement et de son Sénat (sauf un). Une omission majeure qui change totalement la logique de ce document.

Sachez par exemple que l’État de l’Iowa, 20 fois moins peuplé que la France, cumule 150 représentants (3,8 fois moins) et 50 sénateurs (7 fois moins). Mieux encore, le New Hampshire compte 400 représentants et 24 sénateurs, pour une population équivalente au département Loire-Atlantique. Des données savamment ignorées par le document.

Concrètement, si l’on cumule les élus « locaux » des 50 États américains, sans prendre en compte les autres territoires (comme Porto Rico), on obtient selon mes propres calculs un total de 7297 représentants et sénateurs. Si l’on rajoute les 535 élus fédéraux (100 sénateurs et 435 représentants), on totalise donc 7832 sénateurs et représentants, soit 8,45 fois plus que la France, alors que la population américaine n’est que 5 fois supérieure.

Bien entendu, il y a bien d’autres types d’élus à prendre en compte dans les deux pays. Entre les maires, les conseillers municipaux, généraux et régionaux, les chiffres gonflent rapidement en France par exemple. L’Hexagone, avec son nombre gigantesque de villages, compte ainsi énormément de maires et surtout de conseillers municipaux (519 417 selon Contre Points), qui sont de très loin les plus nombreux. Mais encore faut-il préciser que la plupart d’entre eux sont… bénévoles. Les conseillers municipaux des villes de moins de 100 000 habitants ne touchent pas de rémunération. Or sur 36 681 communes en France, 36 640 ont moins de 100 000 habitants. Seules 41 villes dépassent en effet cette barre symbolique.

Les 600 000 élus pointés du doigt par Le Point ou encore Contre Points sont donc pour la quasi totalité soit bénévoles, soit mal payés comme les maires des communes de moins de 500 habitants (plus de la moitié des maires de France).

« C’est court, c’est précis, c’est éloquent… ça nous coûte très, très, cher !!! »

C’est court, c’est vrai. Un peu trop même. Car ce n’est pas précis du tout par endroit, voire complètement faux ailleurs. Et ce n’est certainement pas éloquent. Après, est-ce que ça coûte cher ? Tout dépend le résultat obtenu en réalité, chaque contribuable en jugera de lui-même. Le document se concentre toutefois uniquement sur les députés et les sénateurs. Et comme nous l’avons vu, la France en compte 925 contre 7832 outre-Atlantique, pour des rémunérations individuelles plus ou moins équivalentes.

Conclusion : même s’il y a de multiples critères à prendre en compte et bien d’autres types d’élus que nous pourrions comptabiliser, si l’on se contente des sénateurs et députés comme le fait ce document, la France a 1 élu pour plus de 72 000 habitants, contre 1 élu pour 41 000 habitants aux États-Unis. La France n’a donc pas de leçon à recevoir des États-Unis sur ce point.

C’est long, c’est précis, c’est éloquent… Et cet article ne vous a pas coûté bien cher.

Conclusion générale

Hoax Salaire Résumé VotreJournaliste

Si certains points de la première partie sont plus ou moins justes (malgré de fortes imprécisions), la deuxième partie compare des données fausses qui de toute façon ne doivent pas être opposées. Sans même juger de l’idéologie derrière ce document, si l’on se contente des faits, ils sont totalement faux dès lors que chaque État américain dispose de son propre parlement, faisant ainsi passer le nombre de députés et de sénateurs à 7832, soit plus que les 5562 élus dont disposeraient les États-Unis s’ils copiaient le système français (à en croire ce document).

Merci de m’avoir lu et de partager cette enquête si vous voyez ce document ressurgir devant vos yeux sans analyse ni esprit critique.

Votre Journaliste.

P.S. concernant les frais d’obsèques des sénateurs en France soi-disant de 14 500 euros (somme reçue par la famille selon certains « médias »), il n’existe aucune information confirmant cette information. Bien entendu, si vous disposez de détails sur ce sujet, n’hésitez pas à intervenir dans les commentaires.


Cette enquête vous est offerte gratuitement et sans publicité.

Vous pouvez soutenir Votre Journaliste en diffusant et partageant les articles, sans oublier l’auteur et les sources. Vous pouvez aussi m’aider dans ma quête d’indépendance et d’information libre en me soutenant via le site de financement participatif Tipeee ou encore via Flattr, ChangeTip et Gratipay. Et n’hésitez surtout pas à me soumettre des idées de sujets par l’intermédiaire de ma page Ask.fm.

19 thoughts on “[Hoax-Propagande-Buzz] Les salaires, les sénateurs, les députés, France vs USA

  1. Si tu commences à relever les conneries des sites de merde comme démotivateur ou autre pute-à-cliques…

  2. Par ailleurs, l’hypothèse de départ que le nombre de représentant doit être proportionnel à la population est stupide: pour un petit pays (Luxembourg ?), cela voudrait dire que le bon nombre de représentants devrait être, par exemple, de 1 ou 0.1 ?

    Triste de voir que malgré ça, certains ne prennent même pas la peine de lire, comme ici: http://lehollandaisvolant.net/index.php?mode=links&id=20150325165847
    Le Hollandais Volant se plante: sa mise à jour est fausse, et devrait plutôt être, comme expliqué dans l’article: États-Unis: 7843 représentants. Ce n’est donc pas un arrondi, la conclusion n’est plus valide.

    • Tout à fait d’accord ;)

      Pour Le Hollandais Volant, je pense qu’il n’a pas tout lu, tout simplement. C’est un bon camarade, il n’est pas du genre à publier ça sciemment.

      • Mais à qui se destine cet article alors ?
        Les gens qui propagent ce genre de chose consciemment ne liront certainement pas cet article (et s’ils le lisent, s’en foutront). Les gens qui sont critiques face à ce genre de chose, même s’ils ne connaissent pas les vraies raisons, considéreront ces chiffres suspects et n’en tiendront pas compte.
        Je pense que le grand avantage de cet article est envers les personnes qui ont moins de sens critique et qui acceptent facilement n’importe quel argument pour peu que ça aille dans le sens qu’ils aiment entendre. Tout ceux là sont des bons camarades.
        Mon commentaire ne faisait que remarquer que malheureusement, un bon article ne marche pas toujours dans ces cas-là, et que le bon camarade induit en erreur va parfois arrêter la lecture dès qu’il va trouver un truc à redire et repartir sans avoir rien appris (voire pire, en considérant que la critique est de mauvaise foi et que croire l’information de départ fait de lui quelqu’un de plus intelligent, critique et honnête que la personne qui a critiqué l’information).

        C’était juste une remarque: constater ça permet sans doute de ne pas être trop dégoutté quand on constate le peu d’efficacité de ses efforts.

        • Je vois où tu veux en venir. Après, l’article se destine à ceux qui le lisent ;) Il m’est difficile de gérer ceux qui lisent en diagonale ou partiellement.

  3. Pour les USA :
    il faudrait aussi voir combien de représentants pour chaque état
    là cela varie puisque chaque état a ses représentants et cela on n’en parle pas
    par exemple pour le Massachutets http://en.wikipedia.org/wiki/Government_of_Massachusetts
    on compte 40 sénateurs et 160 députés pour environ 7 millions d’habitants

    on peut aussi faire le même raisonnement pour l’Allemagne

    • C’est ce que je dis dans l’article. J’ai cumulé tous les représentants de chaque état.

  4. J’applaudis pour la démarche qui consiste à vérifier objectivement ce type d’annonce populiste.
    Je reste plus réservé sur le choix du sujet et la finalité de tout ceci. Que cherches-tu à prouver au final ? Que les politiciens sont des travailleurs comme les autres ? Que leurs salaires sont mérités ? Qu’il ne faut pas s’engouffrer aveuglément dans la voie du « tous pourris » ? Ou peut-être, tout simplement et sans arrière pensée politique, qu’il faut juste vérifier les infos et les chiffres que l’on nous donne en pâture ?
    Perso, je privilégierais cette dernière hypothèse, mais si c’est le cas, je trouve le choix du sujet assez maladroit car il te donne, que tu le veuilles ou non, l’image d’un défenseur du système et de la classe politique.
    Prouver que la photo du monstre du Loch Ness est une fausse aurait été beaucoup moins risqué :D Bon courage pour la suite car, malgré ma remarque, j’adore ce type d’articles.

    • Bonjour. Merci pour votre message.

      Concernant ma « défense » du système et de la classe politique, si je lutte effectivement contre le « tous pourris », je ne manque tout de même pas de critiquer les sénateurs dans ma mini-conclusion sur leur salaire, que ce soit en indiquant qu’ils doivent tout faire pour réduire leurs frais ou encore qu’au regard des salaires bien élevés, leurs avantages pourraient bien être coupés. Je ne suis en aucun cas opposé à des changements, c’est juste que ce n’était de toute façon pas le thème de l’article.

  5. Il y a une faute de frappe dans le dernier paragraphe : « Si certains points de la première partie sont plus ou moins justes (malgré de fortes imprécisions), la deuxième partie compare des données fausses qui de toute façon ne doivent par être opposées. »
    Je pense que tu voulais dire « qui de toute façon ne doivent PAS être opposées. »
    Bon article en tout cas j’apprécie la démarche.

  6. Très bon article, duquel je n’avais pas lu le titre encore, que je commençais à fustiger ce journaliste indépendant qui compare un état centralisé et fédéral.. Quelle bonne surprise que la lecture du contenu. Malheureusement j’ai tendance à penser que l’inculte se complait dans son inculture, du coup la portée de cet article tendrait vers 0…
    Bref, tu gagnes un lecteur ;)

    • Bonjour. C’est difficile en fait car c’est comparer des systèmes différents.

  7. Le salaire de l’instituteur, il est faux aussi. C’est le salaire du débutant, à 20-25 ans, pas de l’instituteur « moyen », le déroulement de carrière montant jusque vers 3000 €. On ne peut pas comparer le salaire d’un sénateur avec celui d’un instit débutant, on est rarement sénateur à 25 ans !

    Quand au salaire d’un sénateur, 19000 €, c’est archi-faux aussi. Les 7000 € pour des salariés (assistants parlementaires surtout), ce n’est pas pour lui. Pas plus que le salaire des instituteurs n’est empoché par le directeur de l’école. Tout cadre « très » supérieur a une secrétaire et d’autres personnels, leurs salaires n’est pas son salaire. Quand aux 6000 € de frais de mandat, il ne faut pas oublier qu’un parlementaire n’est remboursé de rien: ses déplacements dans sa circonscription, sa permanence, ses nombreux repas en dehors de chez lui, sa cotisation à son parti, … Un cadre est remboursé de tout celà par son entreprise. Un ouvrier aussi, bien que celui ci se déplace plus rarement. Pour moi, un député ou sénateur peut,
    s’il est particulièrement radin, économiser peut-être 1000 ou 2000 € sur ses frais, ce qui fait qu’avec son
    salaire proprement dit de 5500 €, celà peut faire dans les 7000 € mensuel. Ce n’est pas énorme. Il y a par exemple en France plus de 15 000 Ingénieurs qui gagnent plus de 12 000 € net par mois (dernière enquête salariale de « Ingénieurs et scientifiques de France »). Probablement dans les 50 000 cadres sup
    gagnent au moins 12 000 € par mois (sans parler du personnel et remboursements d’un train de vie
    professionnel très confortable). Un sénateur ou député, avec ses malheureux 5-8000 € fait
    pâle figure. La vrai question à poser, c’est: un sénateur ou député mérite-t’il de fairel partie des 50 000
    salariés français qui gagnent plus de 12 000 € par mois? Pour moi, oui. Il s’est souvent décarcassé
    gratuitement pendant des années avant d’obtenir cet « emploi », emploi au demeurant très précaire,
    beaucoup plus que celui de la majorité des cadres supérieurs ou dirigeant qui trouvent assez facile
    ment à se recaser en cas de probléme dans leur entreprise.
    D’ailleurs, s’il ny a pas beaucoup de parlementaires issus du privé, ce n’est pas un hazard, c’est en partie
    parce qu’un parlementaire est plutôt mal payé, par rapport à un cadre de niveau équivalent (comme on dit) du privé.