Cet article n’existerait pas sans le soutien sur Tipeee de Suzanne, Pierre, Julien, Isaïe et Jérémie, ainsi que sans vos dons Flattr, ChangeTip et Gratipay.
Un grand merci à tous mes généreux mécènes.


« Chaque jour, nous sommes bombardés par des milliers de molécules d’information. Des faits, des noms, des chiffres qui s’empilent et se percutent sans que, pourtant, jamais rien ne se crée. Alors pour une fois, plutôt que de rester passifs face à cet assaut, jouons avec. Allons-y franchement. » Voici comment se présente l’émission hebdomadaire Data Gueule sur YouTube.

Petit phénomène sur le web, Data Gueule surprend par sa liberté de ton. Mais qui se cache derrière cet ovni produit par France 4 qui n’hésite pas à s’attaquer à Monsanto, au traité transatlantique ou encore à l’industrie du sucre ? C’est ce que Votre Journaliste a cherché à savoir. J’ai donc interrogé son auteur, dont vous connaissez la voix, mais peu le visage ni le parcours.

L’auteur – Julien Goetz

Après avoir travaillé à la toute première rédaction multimédia de Radio France au début des années 2000, il a été développeur web freelance durant 6 à 7 ans. Il a ensuite posé ses valises chez Owni durant deux ans afin notamment de faire du data journalism. « C’est aussi pour ça que je suis rentré chez Owni, parce que j’avais la double casquette éditorial et technique. »

Il a de plus collaboré sur Nuit Sujet avec Radio Nova, dont vous pouvez retrouver un des épisodes ci-dessous.

Il y a quelques années, Julien Goetz a aussi loué ses services pour France 5 en tant que co-auteurs de c/Politique. Ce rapprochement avec la chaine publique explique d’ailleurs en partie pourquoi France 4 a fait appel à lui pour Data Gueule. Comédien à l’occasion – « c’est un métier qui ne fait pas tout le temps vivre… » – Goetz est aussi la voix off de certains programmes, et notamment de documentaires. Il a de plus utilisé sa voix pour réaliser Le Liseur, un podcast qui reprend des textes qu’il apprécie. Il a par exemple enregistré la lecture du droit de lire de Richard Stallman.

Notez qu’il a aussi co-écrit avec Jean-Marc Manach un reportage pour Arte : Une Contre Histoire des Internets.

Ces derniers mois, il a travaillé sur Jeu d’influence, un jeu-documentaire qui traite de la question de la communication de crise.

Enfin, actuellement, outre Data Gueule, il travaille sur l’écriture d’un autre documentaire de 90 minutes, pour l’année prochaine. Nous en saurons plus à ce sujet dans les mois à venir.

La genèse

Le tout premier épisode de Data Gueule, sur l’Ukraine, a été diffusé le 6 juin dernier. L’émission n’a donc que six mois d’existence. Selon Julien Goetz, les premières discussions avec France Télévisions ont débuté en février-mars 2014. Le travail de recherche, d’écriture et de réalisation n’a cependant commencé qu’au mois de mai, soit quelques semaines à peine avant le lancement du premier épisode.

Initié directement par France 4, ce programme a été en réalité inspiré d’Hungry Beast (exemple ci-dessous), une émission australienne. Data Gueule se concentre néanmoins bien plus sur les données et les chiffres. Les sujets sont de plus différents et son rythme est plus élevé encore que le programme d’Hungry Beast. Et surtout, DG est « plus mordant » me confirme Julien Goetz. « On a trouvé un ton un peu plus particulier. » Il faut dire que France 4 laisse « une très grande liberté » aux créateurs de l’émission, tant que la rigueur est présente et les sources publiées.

Qui fait quoi

L’équipe autour de l’émission est en réalité bien plus restreinte qu’il n’y paraît. Julien Goetz fait les recherches, l’écriture du script et la voix off. S’il a travaillé seul lors des premiers épisodes, une stagiaire l’a ensuite épaulé durant quelques semaines. Aujourd’hui, Sylvain Lapoix, un ancien d’Owni, lui aussi spécialiste des données, a intégré l’équipe pour faire des recherches.

On retrouve ensuite dans l’équipe Henri Poulain, réalisateur et membre de Story Circus, entreprise connue pour avoir produit Le VinVinteur sur France 5. Cyrille de Lasteyrie, dit Vinvin, fait d’ailleurs parti de Story Circus. Henri Poulain est principalement le relai entre les auteurs et les motion designers.

Enfin, le quatrième membre clé de l’équipe est Luc Hermann, producteur associé à Premières Lignes, une entreprise spécialisée dans les enquêtes de fond. Il s’agit notamment de la société produisant le fameux Cash Investigation. Il n’y a pas de hasard.

Concernant les sujets, ils sont trouvés ensemble, entre Julien Goetz, Sylvain La poix, Luc Hermann et Henri Poulain. Ce n’est donc pas France 4 qui soumet les sujets m’assure Julien. « On a une grande liberté de choisir les sujets qui nous amusent. »

Comment est réalisé un épisode

Il faut tout d’abord comprendre que les épisodes sont fait et diffusé un par un. L’équipe ne réalise donc pas les épisodes par paquet de dix (par exemple) pour ensuite les diffuser quand ils le souhaitent. Cela signifie donc que le tout dernier épisode a été finalisé peu de temps avant.

Concrètement, chaque Data Gueule demande :

  • 2 jours de recherches
  • 2 jours d’écriture du script (après divers allers-retours avec Julien, Sylvain Lapoix, Henri Poulain et Luc Hermann)
  • 2 à 3h de discussion avec les motions designers et Henri Poulain
  • 3 à 4 jours de travail pour réaliser les animations
  • Puis l’enregistrement de la voix off

Où est-ce diffusé ?

Hormis quelques passages sur L’Autre JT sur France4, Data Gueule est principalement une émission Web. Bien que ce soit une chaîne de télévision qui produise le programme, cela ne l’empêche donc pas de développer des concepts spécifiquement pour Internet.

« C’est une question de présence numérique, ce n’est pas qu’une question d’image » me précise d’ailleurs Julien Goetz. Boris Razon, le directeur éditorial de France 4, « est quelqu’un qui considère le web comme une antenne à part entière » pense-t-il. « On a pas besoin de passer à la TV. »

Pour combien de temps encore ?

Initialement, le premier contrat signé pour l’émission était pour 10 épisodes. Au regard du succès rapide du concept, 15 autres épisodes ont été signés, soit un total de 25 au minimum. De quoi tenir pour l’instant jusqu’au mois de janvier 2015.

Et ensuite ? De nouvelles négociations devraient avoir lieu bientôt. Mais vu que « France 4 est ravie », les chances que Data Gueule dure au moins jusqu’à l’été sont grandes me confie Julien Goetz. Reste ensuite à savoir si les auteurs auront suffisamment de sujets, d’idées et d’envies pour aller plus loin.

Une liberté qui dérange (un peu)

Si les producteurs et auteurs de Data Gueule n’ont pour le moment pas été attaqués en justice ni même menacés, certains sujets n’ont logiquement pas été très bien accueillis. Si du côté de Monsanto, « ils s’en foutent, on est pas les premiers à les critiquer », pour d’autres sujets, des retours peu positifs sont arrivés jusqu’aux oreilles des créateurs de l’émission.

« Il y a eu des retours de temps en temps d’industries qui n’étaient pas ravies de voir ce qui était raconté. Celui sur le piratage n’a pas fait énormément plaisir. Celui sur FRONTEX aussi » m’a ainsi indiqué Julien.

Un succès surprise

Interrogé sur le succès rapide de Data Gueule, Julien Goetz n’a pas caché être particulièrement heureux de l’audience de certaines vidéos. « Pour un programme qui traite d’information et de sujets pas forcément très rigolo », voir plusieurs épisodes dépasser les 100 000 vues est en effet plus qu’encourageant, sachant que Monsanto s’approche même des 350 000 vues. La page YouTube de DG compte d’ailleurs plus de 35 000 abonnés et plus de 1,4 million de vues en cumulé. Cerise sur le gâteau, « ça discute autour de chaque vidéo » insiste-t-il.

Un bémol toutefois, l’une des dernières vidéos de Data Gueule (sur le charbon) n’a pas rencontré le succès escompté. Si le sujet est moins attrayant que Monsanto ou encore le canabis, il est pourtant primodial. « C’est presque celui que je trouve le plus fascinant, et éditorialement un des plus essentiels » a ainsi estimé, non sans regret, Julien.

Trois petites anecdotes

1. Les derniers épisodes sont plus longs de quelques dizaines de secondes. Ce temps un peu plus important est le fruit d’un (très) léger ralentissement du rythme, de plus de césures, et d’un rajout (minime) d’informations.

2. Chaque épisode sort tous les samedis à 13h. Il s’agit d’un choix de France 4, alors que les sorties sur YouTube se font généralement la semaine pour une question d’audience.

3. La voix de Julien n’est pas travaillée à l’ordinateur.


Cet article vous est offert gratuitement et sans publicité.  Il a été créé par un journaliste citoyen et indépendant. Vous pouvez me soutenir en diffusant mes articles, sans oublier l’auteur et les sources. Vous pouvez aussi m’aider dans ma quête d’indépendance et d’information libre en me soutenant via le site de financement participatif Tipeee ou encore via Flattr, ChangeTip et Gratipay. Et n’hésitez surtout pas à me soumettre des idées de sujets par l’intermédiaire de ma page Ask.fm.

17 thoughts on “#DataGueule : les coulisses de l’émission

  1. Personnal interest about France4: + 30%
    Personnal interest about DataGeule: + 10%

    Est ce qu’il serait possible d’avoir une interview d’un youtubeur dans le domaine santé/social?

  2. Merci pour cet énième article toujours aussi intéressant.
    Et appréciant d’autant plus DataGueule, je suis ravi d’en connaitre un peu plus
    sur sa conception, ses auteurs et sur sa grandissante (?) popularité.

  3. Je pense qu’une partie du succès est que justement comme tout est vérifié et les sources pas obscures c’est difficilement criticable.
    Bref j’adore et celui sur le charbon aussi j’avais bien aimé.

    Un bon article Nil.

  4. C’est un service incroyable que vous prestez! L’humanité et je pèse mes mots, vous remerciera un jour ;-)!

  5. C’est vraiment chouette les émissions datagueule, ça me donne envie de jeter un coup d’oeil au reste de ton travail :)
    Cet été après mon concours je pense que je vais m’intéresser un peu plus à l’information comme tu peux nous la fournir, est-ce que tu pourrais me conseiller des ouvrages à consulter histoire de me donner un baggage ?
    Peut-être d’ailleurs que tu pourrais conseiller ça à d’autre personnes aussi ^^

    Bref en tout cas merci beaucoup :)

    • Bonjour Léonard, merci pour ton commentaire (s’il m’est adressé, car je n’en suis pas certain).

      Des ouvrages à consulter ? J’en lit un en ce moment, mais comme je ne l’ai pas terminé, je ne sais pas s’il est vraiment bon, donc du coup, je n’ai pas envie d’en parler avant d’être certain de sa qualité.

      Sinon, il y aura tout simplement mon futur livre ;)

      • Ah oui effectivement j’étais pas très bien renseigné ^^
        Alors charge à moi d’éplucher un peu plus ton site et peut-être d’acheter le livre :)

  6. Article très intéressant pour des vidéos que je trouve d’intérêt publique.

    Par contre je dois mal chercher, mais je n’arrive pas à trouver les fameuses sources de data gueule.
    Si il y a ici quelqu’un qui peut me renseigner…

    De plus, il est dommage que le créateur (enfin l’équipe maintenant si j’ai bien compris) n’ai pas été interrogé sur les critiques (et oui DG ne fait pas l’unanimité) qui touchent pour grande par au format trop cours qui ne permet que de survoler les sujets et de la dénonciation sans proposer de solutions (je parle pas du ton pessimiste et engagé qui me semble assumé et revendiqué).
    Perso, j’ai bien mes propre réponses, mais j’aurai été curieux de savoir ce que les premiers concernés en pensaient.
    L’info est peut être passée ailleurs, là encore un petit lien serai bien venu…

    • Bonjour Liven. Merci pour ton commentaire. Concernant les critiques sur DG je les comprends très bien. Peut être ferais je un bilan dans quelques mois avec l’équipe de DG et je poserai les questions qui fâchent ;)

  7. ha oui en effet, j’avais regardé pour les premiers épisodes qui eux n’ont toujours pas les sources en description, apparemment ils ont fini par le faire pour les épisodes suivants (je m’en étais pas rendu compte), un bon point pour eux et merci pour la réponse.

  8. Une des forces de DataGeule c’est aussi le fait de présenter aux masses des problèmes dont ils n’ont peut-être pas conscience ou jamais entendu parler. Le ton alarmiste et les chiffres permettent de mieux « accrocher ».
    Même si les informations sont parfois « approximatives » ou « adaptées » pour étayer la théorie (ce qui, est dommage, mais ça arrive – cf les commentaires sur youtube de personnes connaissant bien les sujets traités), globalement, le contenu est très bon !

    Merci pour cet article Nil Sanyas, je cherchais justement à en savoir plus sur l’émission et sa génèse/fonctionnement !
    Bonne journée !

    PS : Excellent support pour écrire, votrejournaliste.com, je ne connaissait pas, je ne suis pas déçu !

  9. Super interview merci ! C’est sûr que leur émission n’est pas comique mais quand je vois que des gens osent dénoncer moi ça me donne du baume au cœur et ça me donne envie de me battre ! J’espère que cela continuera encore longtemps !

  10. Bonjour,
    Votre article est très intéressant, merci! Une question se pose: ou sont les sources? Je ne les vois nul part, à la fin de la vidéo on peut seulement lire « journaliste, enquêteur: Julien Lapoix », ces chiffres proviennent-ils de l’insee? D’enquête Ipsos? Ou de tout autre organisme reconnu?
    Merci d’avance pour votre réponse!

Laisser un commentaire